Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
 
 




Les Fiches Produits: efficacités, homologations et caractéristiques des herbicides et fongicides

Pulvérisateur, application sur céréales

Choisissez en premier lieu la culture qui vous intéresse (céréales à paille, maïs, pomme de terre, protéagineux) puis sélectionnez un produit phytosanitaire (herbicide ou fongicide) dans la liste déroulante. Une fiche synthétique vous présente alors ses principales caractéristiques, homologations, efficacités ainsi que les stades optimums d'utilisation.

Pour une même Fiche Produit, les informations sur les céréales à paille sont détaillées pour le blé, l'orge, le seigle, le triticale et l'avoine ; celles des maïs pour le maïs doux, le maïs grain, le maïs fourrage, le maïs semences (culture porte-graines) et le sorgho ; et celles des protéagineux pour le pois, la féverole et le lupin.


Les herbicides

Un doute sur les caractéristiques d’un produit de votre local phytosanitaire ? Les Fiches Herbicides vous permettent en quelques clics de savoir par exemple quel est le niveau d’efficacité de l’herbicide Atlantis WG sur les vulpins et ray-grass et s’il est préférable de l’appliquer à l’automne au stade 1 ou 2 feuilles ou en sortie d’hiver à fin tallage.


Les fongicides

Dans le cas d’une forte pression septoriose et rouille brune dans vos parcelles de blé tendre, cet outil vous permettra également de trancher entre deux ou trois fongicides afin de déterminer lequel est le plus approprié au contexte de la parcelle. A titre d’exemple, si vous êtes confronté à des problèmes de résistance de la septoriose aux strobilurines, vous pourrez choisir en toute connaissance de cause des fongicides appartenant à une autre famille, telles que les carboxamides ou les triazoles.


Caractéristiques chimiques, réglementaires et précautions d’usage des produits phytos

Enfin, le classement toxicologique, les phrases de risques (R) et de prudence (S), la réglementation du stockage et les restriction en mélange sont mentionnés de même que la distance de Zone Non Traitée (ZNT) réglementaire, le délai de rentrée, le Délai Avant Récolte (DAR), la formulation et le numéro d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) pour chaque produit homologué sur céréales à paille, protéagineux, maïs et pomme de terre.


Les Fiches Accidents: identification des accidents et information sur les solutions préventives et curatives

Accident des cultures

Les Fiches Accidents vous décrivent les différents problèmes auxquels peuvent être confrontées les grandes cultures et les solutions préventives et curatives pour les résoudre.


Une arborescence détaillée par culture et type d'accident

Choisissez dans un premier temps votre culture: céréales à paille d'hiver, maïs, féverole ou pois protéagineux. Pour les céréales à paille, sont regroupés le blé tendre, le blé dur et le triticale. Définissez ensuite votre type d'accident: ordre physico-chimique, climatique, ou agronomique, ou lié aux ravageurs, maladies, virus, et utilisation de produits phytosanitaires. Vous avez alors le choix parmi une liste déroulante de plusieurs accidents de culture.
Ainsi, vous obtiendrez des informations précises sur les principales maladies du blé tendre: la septoriose, rouille brune, rouille jaune, piétin verse, fusariose de l'épi, piétin échaudage, oïdium, ainsi que d'autres pathogènes comme ascochyta, black chaff, carie commune, didymella exitialis, ergot, fumagines, grillure, helminthosporiose, michrodochium, mildiou, rhizoctone, taches physiologiques et typhula incarnata.

De même, une description des principaux ravageurs du blé vous est également proposée: aiguillonnier, blaniules, cécidomyies équestre, cécidomyies orange, cèphe, cicadelle, criocère, géomyza, limaces, mouche des semis, mouche grise, mouche jaune, mouche noire, mouches mineuses, nématodes, oiseaux, oscinie, puceron de l'épi, puceron vecteur JNO, rongeurs, scutigérelle, taupins, tenthrède, thrips, tipules, tordeuse et zabre.

Dans un tout autre domaine, vous retrouverez des conseils d'utilisation de produits phytosanitaires pour éviter tout accident pour votre culture, comme par exemple l'azote liquide, DFF, fongicide, glyphosate, isoproturon - chlortoluron, pendiméthaline, phytohormones, produits de contact, prosulfocarbe, régulateur, sulfonylurées. Les principaux symptômes physiologiques liés au climat sont également décrits dans ces fiches: excès d'eau, froid méiöse, gel de printemps, gel hivernal, germination sur pied et sécheresse.

Enfin, vous pourrez consulter les accidents de type physico-chimique comme l'acidité, carence en azote (N), carence en cuivre (Cu), carence en magnésium (Mg), carence en manganèse (Mn), carence en phosphore (P), carence en soufre (S), excès de cuivre excès de sel; ainsi que les maladies virales et virus comme la jaunisse nanisante de l'orge (JNO), maladie des pieds chétifs, stries chlorotiques et mosaïques.


Identification des accidents et proposition de solutions de lutte préventive et curative

Pour chacune des fiches, des éléments de reconnaissance de l'accident vous sont fournis, et les situations à risques sont décrites. Des solutions de lutte préventive ou curative vous sont également proposées.

À titre d'exemple, vous saurez que les contaminations de septoriose sont favorisées par des pluies fortes, éclaboussantes, et que l'expression de ce champignon est favorisée par des températures assez élevées. Le temps d'incubation est deux fois plus rapide à 20 qu'à 10 degrés celcius. Cette maladie se reconnaît aux taches brunes, ovales, éparses souvent bordées d'un halo jaune, puis se rejoignant pour former de grandes plages irrégulières. La lutte préventive passe essentiellement par le choix variétal, et que la lutte chimique intervient courant montaison.

Les Fiches Variétés: aide au choix des variétés de blé tendre, orges, blé dur et pommes de terre

Les céréales à paille

Epis de ble

Les Fiches Variétés Céréales à paille vous renseignent sur les caractéristiques physiologiques, la résistance aux bio agresseurs, et la valeur technologique de chacune des variétés commercialisées pour les cultures de blé tendre, orges et blé dur.

Cet outil vous permet également de comparer les rendements de variétés d'une même culture pour le département de votre choix. À titre d'exemple, il est possible de déterminer dans le département du Loiret pour l'année 2010 si le rendement de la variété Apache est supérieur ou non aux variétés Caphorn et Boregar.


Caractéristiques physiologiques

Les caractéristiques physiologiques comprennent l'alternativité, la précocité à la montaison et à l'épiaison, la tolérance au froid et à la verse, la hauteur de paille, et le Poids de Mille Grains (PMG).

L'alternativité caractérise les besoins en froid de la variété. Plus une variété est alternative et moins ses besoins en froid sont élevés. Le terme précocité désigne la rapidité avec laquelle la variété va atteindre un stade donné. Plus la note sera élevée, plus la variété sera précoce.


Résistance aux bio agresseurs

Pour évaluer la résistance aux bio agresseurs d'une variété donnée, les principales maladies des céréales sont considérées: le piétin verse, la rouille jaune, la rouille brune, la septorise et la fusariose pour le blé dur et le blé tendre ; l'helminthosporiose pour le blé tendre et les orges ; la rouille naine et la rynchosporiose pour les orges. L'oïdium est une maladie commune aux trois céréales.

Cette résistance aux agressions biotiques tient compte également de la sensibilité de la variété considérée aux virus (mosaïques pour les blés, jaunisse nanisante pour les orges), et des ravageurs (cécidomyie).
Enfin, dans le cadre de la lutte contre les adventices, le niveau de tolérance du blé tendre au chlortoluron est mentionné.


Valeur technologique

La valeur technologique d'une variété se fonde en premier lieu sur la classe qualité.
À titre d'exemple, pour le blé tendre, 5 classes se distinguent: Blé Améliorant de Force (BAF), Blé Panifiable Supérieur (BPS), Blé Panifiable (BP), Blé Biscuitier (BB) et Blé Autres Usages (BAU). De même pour le blé dur, 5 classes ont été retenues: Blé Dur Haute Qualité (BDHQ), Blé Dur Couleur (BDC), Blé Dur Protéines (BDP), Blé Dur Moyen (BDM) et Blé Dur passable (BD). Enfin, pour les orges, 3 classes sont définies: orge supérieur au témoin (classe A), égal au témoin (classe B) ou inférieur au témoin (classe F).

Différents critères participent à la classification de la qualité technologique des variétés. Le Poids Spécifique (PS) et la teneur en protéines sont des critères communs aux trois cultures. Pour le blé tendre, d'autres critères sont pris en compte: le risque de germination sur pied et les critères de qualité meunière tels que l'indice de Zélény. La mesure de cet indice se fonde sur l'aptitude du gluten à gonfler en milieux aqueux et à coaguler en milieu acide. En ce qui concerne le blé dur, les critères d'ordre visuels ont toute leur importance: indice de jaune, indice de brun, et moucheture. Enfin, pour les orges, les malteurs sont particulièrement exigeants par rapport au calibrage (90% des grains doivent avoir une taille supérieure à 2,5mm).



Les pommes de terre

Pomme de terre

Les Fiches Variétés Pomme de terre vous renseignent sur les caractères descriptifs, culturaux et d'utilisation des différentes variétés. Déterminez grâce à ces fiches quelles sont les variétés de pomme de terre les mieux adaptées à votre situation : contexte pédoclimatique, débouchés, conduite du stockage, etc.


Classement des variétés

Suivant leur mode d’utilisation, les variétés de pomme de terre sont classées en trois groupes :


  • Les variétés de consommation à chair ferme sont des variétés ayant des tubercules nombreux de grosseur moyenne, de bonne qualité gustative, avec une chair à grain fin dont la tenue à la cuisson est très bonne. Elles sont presque toutes de forme allongée et se prêtent bien à la préparation de pommes vapeur, salades, etc.

  • Les variétés de consommation ont, en général, des tubercules à chair moins fine, souvent plus farineuse, de moins bonne tenue à la cuisson, mais qui se prêtent, plus ou moins bien suivant les variétés, à une plus large gamme d'utilisation culinaire. Leur précocité de maturation, traduisant une durée plus ou moins longue de leur cycle végétatif, conditionne, en partie, leur mode d'exploitation. Outre la production de plants, les variétés précoces sont principalement cultivées pour la production de primeurs ; les variétés demi-précoces, moyennes, demi-tardives et tardives fournissent la pomme de terre dite "de conservation" qui alimente à la fois le marché du frais ou la transformation pour l’alimentation humaine.

  • Les variétés féculières sont utilisées essentiellement pour la production de fécule. En France, leur commercialisation est interdite sur le marché du frais.

Caractères descriptifs

Les caractères descriptifs comprennent la taille, le port, et le type de plante, la forme et la profondeur des yeux du tubercule, ainsi que la couleur de sa peau et de sa chair. L’aspect visuel de la pomme de terre est primordial dans une optique de commercialisation sur le marché du frais.


Caractères culturaux

Dans le but d’adapter l’itinéraire cultural à la variété de pomme de terre, les précocités de maturation et tubérisation sont précisées.

L'aptitude à la conservation est un élément important à prendre en compte pour organiser le stockage des pommes de terre. Elle est notée de 1 à 9 (la note 5 est attribuée à BINTJE). Une note élevée caractérise chez la variété une aptitude à la conservation bonne à très bonne, c'est à dire une germination tardive, une production faible de germes, une perte de poids réduite et une faible altération de la qualité (absence de taches cendrées et d'un sucrage excessif). Ce caractère est particulièrement intéressant chez les variétés de moyenne saison, surtout si la conservation ne peut pas se faire en magasins ventilés ou frigorifiques. Plus généralement toutefois, les variétés qui ont une note inférieure à 4 sont souvent plus délicates à maintenir en longue conservation.

Enfin, le calibre des pommes de terre ou la proportion de gros tubercules conditionne la quantité de plants nécessaire à l’hectare, le choix du peuplement et, en partie, le type de débouché.


Sensibilité aux maladies, ravageurs et accidents physiologiques

L’ennemi n°1 de la pomme de terre est le mildiou. Il peut affecter aussi bien le feuillage que le tubercule, et peut se traduire par des pertes de rendement importantes. Le niveau de résistance des variétés à cette maladie est un critère à prendre en compte, et joue sur la stratégie fongicide à mettre en place. La résistance à la gale commune, aux nématodes et aux virus sont également présentés.

Les tubercules peuvent aussi être exposés aux accidents physiologiques. Ainsi, la présence de taches de rouille ou d’un coeur creux, les endommagements externes, ou le noircissement interne, sont autant de défauts du tubercule, et causent des pertes économiques lors de la commercialisation.


Caractères d’utilisation pour la commercialisation

Les variétés sont classées, compte tenu principalement de leur degré de délitement à la cuisson, de la fermeté de leur chair et de leur farinosité, dans les groupes A, B, C et D ainsi, qu'éventuellement, dans ceux intermédiaires A-B, B-A, B-C... Le groupe A correspond au meilleur classement : les variétés se tiennent bien à la cuisson et ne sont pas farineuses. Le groupe D comprend les variétés les plus farineuses et qui se désagrègent presque entièrement à la cuisson.

Les variétés de consommation à chair ferme appartiennent presque toutes au groupe A, parfois au groupe A-B ; les variétés de consommation appartiennent surtout au groupe B, plus rarement aux groupes A-B, B-C ou C ; les variétés féculières sont presque uniquement du groupe D.

Mais d’autres critères doivent être pris en compte pour évaluer la qualité culinaire et technologique des pommes de terre. Les principaux sont la teneur en matière sèche, le noircissement après cuisson, et la coloration à la friture.

La teneur en matière sèche des tubercules influence en partie les caractéristiques culinaires et technologiques des variétés. Les variétés sont classées selon une échelle de 1 (très faible teneur en matière sèche) à 9 (teneur en matière sèche très élevée). Ce caractère peut varier fortement en fonction des conditions de milieu et des techniques de production mais le classement des variétés n'est le plus souvent pas perturbé.

Le noircissement après cuisson ("grisaillement" de la chair) apparaît surtout lorsque des tubercules sont cuits à l'eau ou à la vapeur, pelés ou coupés et maintenus exposés à l'air. La sensibilité des variétés est déterminée principalement par rapport aux témoins ACKERSEGEN et CLAUSTAR (assez prononcé) et BINTJE (nul).

La coloration à la friture est plus particulièrement jugée selon l'aptitude à une transformation en chips. Elle est évaluée selon une échelle de 1 (très foncée) à 9 (très claire) en comparaison, notamment, aux témoins SATURNA (note 8), BINTJE (note 7), DESIREE (note 5-6) et MONALISA (note 4). Pour les variétés inscrites avant 2006 et ayant été jugées inférieures à URGENTA ou DESIREE lors de l’inscription, la note est donnée par ARVALIS - Institut du végétal lorsque ces dernières ont fait l’objet d’expérimentation post-inscription.

Accueil | Poser une question | CGU