logo
Crales paille

Carence en azote (N)

Nuisibilité  

Fréquence 

L’azote est indispensable à la croissance des plantes. L’azote est naturellement présent dans tous les sols, mais en quantité insuffisante, si bien que cet élément est, avec l’eau, le principal facteur limitant de la production des céréales. L’objectif est donc d’apporter de l’azote en quantité suffisante, et de fractionner cet apport en fonction des besoins de la plante. Un bon ajustement du fractionnement de la fumure azotée permet d’améliorer le niveau de la teneur en protéines et le rendement du blé.

Epandage irrégulier
Titre : Epandage irrégulier
Description : Bandes vert pâle liées à un épandage irrégulier.

Couleur vert pâle
Titre : Couleur vert pâle
Description : Parcelle carencée de couleur vert pâle (au premier plan).

Jaunissement des vieilles feuilles
Titre : Jaunissement des vieilles feuilles
Description : Les vieilles feuilles jaunissent uniformément à partir de la pointe.

Réduction du tallage
Titre : Réduction du tallage
Description : Le jaunissement de la pointe des vieilles feuilles s'accompagne de la mort des talles les moins développées.

Symptômes

Elle peut se déclarer dès le stade début tallage.



• Parcelle

Plusieurs modes de répartition sont possibles :
   - Homogène.
   - Par bandes en fonction de l’hétérogénéité de l’épandage.
   - Par bandes, à l’emplacement des andains de paille qui consomment de l’azote minéral en se décomposant.


• Plantes

   - Couleur dominante verte clair à jaune. Croissance réduite pour les fortes carences.

   - Réduction du tallage, régression des talles formées ou réduction de la fertilité des épis selon le stade où la déficience intervient.


• Feuilles

    Jaunissement des feuilles âgées à partir de la pointe, puis s'étendant à toute la feuille. Dessèchement des feuilles âgées. 

Ne pas confondre

Carence en N Jaunissement des vieilles feuilles
Carence en S Jaunissement des jeunes feuilles

Nuisibilité

Si la carence est due à des apports trop faibles au 1er ou 2ème apport, il est possible, si le 3ème apport est réalisé assez tôt, avant le stade dernière feuille étalée, de compenser tout ou partie des pertes par un apport complémentaire.
La diminution du nombre d’épis qui peut résulter d'une carence durant la montaison peut être compensée par les composantes mises en place ultérieurement (nombre de grains/épi, PMG). 


Si la carence est observée en conditions climatiques défavorables à l’absorption de l'azote par les plantes (sécheresse / excès d'eau / période très froide prolongée au printemps) il faut attendre le retour de conditions normales et réévaluer le potentiel avant d’envisager un nouvel apport.
Dans ces situations, la mise en œuvre des outils de pilotage n’est possible que dans la mesure où les conditions sont redevenues normales, à l’exception de Jubil qui n’est pas utilisable en cas de sécheresse en début montaison.

Solutions préventives et curatives

Calcul de la dose

  • Utiliser les méthodes de calcul validé du bilan
  • Fractionner la dose en 2 ou 3 apports :
    • 40 kg N/ha courant tallage suffisent le plus souvent lorsque cet apport est nécessaire.
    • Apport principal autour du stade épi 1 cm.
    • 40 à 80 kg N/ha entre les stades « sortie dernière feuille » et « gonflement ». La dose du 3éme apport est adaptée à la variété et à l’objectif de teneur en protéines.

Pilotage de la fertilisation azotée

Outil de pilotage de la fertilisation azotée

  • Pendant la montaison de la céréale, ces outils (Jubil, N-Tester, Farmstar, N-Pilot...) permettent, à partir du stade "2 noeuds" jusqu'au stade "gonflement" de diagnostiquer l'état de nutrition et d'ajuster la dose d'engrais à apporter.
  • 40 kg N/ha sont mis en réserve après le 1er et 2ème apport de tallage à début montaison. Un éventuel apport complémentaire (de 0 à 80 kg N/ha) est pratiqué en fonction de la valeur donnée par l'indicateur.

Outis de pilotage de la date du 1er apport

Bande double densité. Elle permet de déterminer le moment opportun pour le 1er apport d'azote, par observation visuelle d'une décoloration par rapport au reste de la parcelle.

Attention : 15 mm de pluie dans les 15 jours suivant un apport d'engrais sont nécessaires pour une bonne utilisation de l'azote par les cultures. De plus, 10 à 15 mm dans les 2- 3 jours suivant l'apport sont nécessaires pour limiter les risques de pertes par volatilisation de l'azote apporté avec la solution azotée : Il est donc préférable d'attendre une prévision de pluie avent ce type d'engrais.

Source des données : ARVALIS - Institut du végétal

Accueil | Poser une question | CGU