Acidité

L’acidification des sols est un phénomène naturel engendré par la pluie et par certains processus biologiques (respiration, oxydation de l’azote et du soufre organiques …). Certaines pratiques agricoles peuvent accélérer le processus (cultures de légumineuses, apports d’engrais azotés ammoniacaux, enlèvement des résidus de récolte…). Le pH peut ainsi être abaissé jusqu'à des valeurs pour lesquelles l’aluminium devient toxique et peut pénaliser fortement la production des cultures. Les références expérimentales montrent que les engrais de ferme contribuent presque toujours à atténuer l’acidification du sol.

Végétation faible dans les foyers atteints
Titre : Végétation faible dans les foyers atteints
Description : Plusieurs répartitions sont possibles * Les plantes atteintes sont réparties en taches (cf photo) * Dans certains cas, la limite entre la zone saine et la zone atteinte est très nette, elle correspond à un ancien chemin, talus...

Nanisme dû à l'acidité
Titre : Nanisme dû à l'acidité
Description : Dans les cas les plus graves, les plantes restent chétives mais elles ne dépérissent pas.

Port dressé des plantes
Titre : Port dressé des plantes
Description : Les plantes sont chétives avec un port dressé, mais elles ne dépérissent pas.

Jaunissement des feuilles âgées
Titre : Jaunissement des feuilles âgées
Description : Symptôme de carence en phosphore (rougissement des feuilles/gaines) ou magnésium (ponctuations, jaunissement) sur les vieilles feuilles : l'acidité limite l'absorption de ces deux éléments.

Rougissement des feuilles et gaines
Titre : Rougissement des feuilles et gaines
Description : Symptôme de carence en phosphore (rougissement des feuilles/gaines) ou magnésium (ponctuations, jaunissement) sur les vieilles feuilles : l'acidité limite l'absorption de ces deux éléments.

Croissance et tallage altérés
Titre : Croissance et tallage altérés
Description : Dans les cas les plus graves, les plantes peuvent être nanifiées.

Epaississement des racines
Titre : Epaississement des racines
Description : Racines courtes et épaissies régulièrement sur toute leur longueur. Cette faiblesse racinaire est le symptôme typique provoqué par la toxicité directe de l'aluminium. Elle induit de nombreux problèmes d'alimentation.

Symptômes

Les symptômes peuvent apparaître dès le début du tallage.


Parcelle
- Plusieurs répartitions sont possibles. La répartition la plus fréquente correspond à de grands foyers de plusieurs dizaines de m2. Dans certains cas, la limite entre la zone saine et la zone atteinte est très nette, elle correspond à un ancien chemin, talus, un sol différent…
- Présence d’adventices «acidophiles» : rumex petite oseille...

Plante
- Les plantes sont chétives avec un port dressé : les feuilles s’enroulent sur elles mêmes et restent bien droites.
- Racines épaisses et peu ramifiées. Cette observation doit se faire en comparaison avec des plantes saines. Elle n’apparaît que dans les situations de forte acidité.


Feuille
Symptôme de carence en phosphore (rougissement des feuilles/gaines) ou magnésium (ponctuations, jaunissement)
sur les vieilles feuilles : l’acidité limite l’absorption de ces éléments.

Situations à risques

  • L’acidité est plus fréquemment rencontrée sur les sols sableux, sableux limoneux, limoneux sur roche mère «acide»
    (sable, argile à silex…) ou à faible réservoir d’alcalinité (granite, grès).
  • Chaulage insuffisant.
  • Le processus d’acidification est accéléré par les pratiques culturales susceptibles de favoriser le lessivage des nitrates : apports excédentaires d’azote sur précédent, absence de couvert hivernal ou culture à faible croissance (céréales à paille), l’exportation fréquente des pailles et la présence de légumineuses dans la rotation.

Confirmation du diagnostic

La mesure du pH eau est un bon indicateur (prélever un échantillon de terre au centre des zones touchées et le comparer avec les zones saines). Le pH peut varier au cours de l'année (de 0.2 à 1 unité) avec une tendance à la baisse au printemps et en été (forte activité biologique) et à la hausse en automne et hiver (excès d’eau, décomposition des résidus de récolte).

  • Un pH eau inférieur à 5,5 permet de confirmer le diagnostic.

Solutions préventives et curatives

  • Un apport d'amendement basique permet de relever le pH et de corriger la toxicité de l’aluminium. 
    Il faut alors remonter rapidement le pH eau au dessus du seul critique de 5.5.
  • Modalités d’apport
    • Dans la rotation, prévoir les apports d’amendement avant les cultures les plus sensibles à l’acidité (légumes, luzerne, orge, betterave sucrière…) et le plus tôt possible avant l’implantation des cultures.
    • Bien mélanger l’amendement dans la couche de terre acide.
    • Les apports en végétation sur cultures annuelles sont possibles, mais leur efficacité est limitée.
  • Dose d’apport
    • En chaulage de redressement la dose à apporter dépend du type de sol (selon son pouvoir tampon estimé par sa CEC Metson) et du pH eau initial. Elle varie de 500 à 1500 kg de CaO/ha pour remonter le pH de 0,5 unité.
    • Dans un sol à pH eau < 5.5, un apport conseillé de 1500 kg CaO ne pose pas de problème, le pH eau restant en deçà de 6.5.  C'est au delà de 6.5 - 7 que le pH eau peut aggraver la carence en certains oligo éléments (manganèse, bore, zinc, cuivre), dans les sols à risque.
    • Les références expérimentales montrent que les engrais de ferme correctement gérés contribuent à atténuer l’acidification du sol.
Nuisibilité  

Fréquence 
Source des données : ARVALIS - Institut du végétal
Envoyer la fiche à un amiImprimer ou enregistrer un PDFAjouter la fiche à vos favorisFlash-code:Qr-code de la fiche accident Acidité

Poser une question | CGU