logo
Crales paille

Mouche grise

Delia coarctata

Nuisibilité  

Fréquence 

A l’inverse des autres espèces de mouches pour lesquelles les attaques sont imprévisibles, les attaques de mouche grise sont essentiellement observées après cultures de betteraves. On rencontre donc principalement ce ravageur dans les régions betteravières.

Foyers
Titre : Foyers
Description : Foyers parfois allongés dans le sens du semis avec disparition de plantes.

Jaunissement du maitre brin
Titre : Jaunissement du maitre brin
Description : Jaunissement du maître brin sectionné par la larve. Il se détache facilement lorsque l'on tire dessus.

Dessèchement de plante
Titre : Dessèchement de plante
Description : L'attaque de la mouche grise peut conduire à la disparition de la plante.

Point de pénétration
Titre : Point de pénétration
Description : Point de pénétration de 1 mm à la base de la tige, juste au dessus du plateau de tallage.

Larve de mouche grise
Titre : Larve de mouche grise
Description : On peut trouver un asticot blanc à l'intérieur des gaines (de 1 mm en janvier à 8 mm en mars).

Symptômes

Apparition des symptômes à la sortie de l’hiver (fin février - début mars).


- Foyers de végétation chétive allongés dans le sens du semis.
- Le maître brin est systématiquement attaqué : il jaunit et se détache facilement lorsque l’on tire dessus.
- On peut trouver un asticot blanc à l’intérieur des gaines (de 1 mm en janvier à 8 mm en mars).
- Point de pénétration de 1 mm à la base de la tige, juste au dessus du plateau de tallage.

Ne pas confondre

Mouche des semis Germination à 3 feuilles du blé
Oscinies 1 à 3 feuilles
Mouche grise Hiver (février - mars)
Mouche jaune Sortie hiver - Printemps

Biologie

La ponte a lieu en août, les oeufs sont déposés de préférence sur un sol sec et meuble peu couvert. Les oeufs subissent une diapause de l’ordre de 6 mois. Les éclosions débutent dès la fin décembre, en janvier ou février. Des dégâts de mouche qui se manifestent avant Noël, ne peuvent donc être attribués à cette espèce (oscinie, mouche des semis). La larve pénètre au niveau du plateau de tallage (trou de pénétration) puis remonte dans la tige pour s’attaquer au bourgeon terminal. Cette mouche ne présente qu’une seule génération/an.

Situations à risques

Précédents favorables : betterave surtout, oignons, et autres cultures laissant des zones nues au moment de la ponte.
Conditions climatiques : les froids prolongés durant l’hiver provoquent une éclosion plus groupée des oeufs dès les premiers réchauffements du sol (>7°C). Dans ces conditions, la céréale est peu développée et résiste moins bien aux attaques. En l’absence d’hiver rigoureux, les éclosions sont plus échelonnées et provoquent moins de dégâts.
Semis tardifs. Les plantes sont moins développées au moment de l’attaque.
Semis profonds.

Méthodes de lutte

Lutte agronomique
• Eviter d’enfouir les andains de betterave par paquet, on observe que les attaques peuvent s’y concentrer.
• Eviter les semis tardifs.
• Densité de semis plus élevée dans les situations à risque.

Lutte phytosanitaire
Traitement de semences
: le traitement insecticide est efficace, et se justifie dans les situations à risque.
Consultez la documentation ARVALIS et le dépliant protection des cultures traitement de semences, pour connaître les efficacités des produits.

Les traitements insecticides en végétation ne sont pas autorisés.

Source des données : ARVALIS - Institut du végétal

Accueil | Poser une question | CGU