logo
Crales paille

Gel hivernal

Nuisibilité  

Fréquence 

Les gels sont particulièrement préjudiciables à l’implantation, en particulier lorsque le coléoptile apparaît hors du sol. Dès le stade tallage, la plante est beaucoup plus résistante et les dégâts dépendent avant tout des modalités d’apparition et de disparition du gel.

Des espèces de sensibilité différente
Titre : Des espèces de sensibilité différente
Description : Il existe de fortes différences de sensibilité variétale et d'espèces (espèce gelée à gauche)

Dessèchement des feuilles
Titre : Dessèchement des feuilles
Description : Jaunissement puis dessèchement des jeunes feuilles.

Plantes gelées
Titre : Plantes gelées
Description : Les dégâts peuvent être impressionnants lorsque la température est inférieure à -15°C en l'absence de neige.

Rougissement des feuilles
Titre : Rougissement des feuilles
Description : Rougissement passager de la courbure des feuilles.

Feuilles brulées
Titre : Feuilles brulées
Description : Jaunissement et dessèchement de la pointe des jeunes feuilles, voire de leur totalité. Feuilles desséchées molles, pendantes.

Feuilles rouges
Titre : Feuilles rouges
Description : Rougissement réversible des feuilles âgées.

Feuille pincée
Titre : Feuille pincée
Description : Dessèchement de la pointe des jeunes feuilles.

Symptômes

Ils apparaissent rapidement, dans les jours suivant un coup de froid. Ils se manifestent d’abord par des dégâts foliaires.

Parcelle
La répartition est homogène mais il est possible d’observer plusieurs zones de sensibilités différentes, liées à la topographie. Dans les situations à forte croissance (densité, disponibilité en eau et en azote), les symptômes peuvent être plus importants.

Plantes
   - Lors de la germination, les plantes lèvent difficilement. La plantule reste en tire-bouchon dans le sol. Le grain, non germé, est très résistant au gel.
   - De la levée à fin tallage : les feuilles et les gaines deviennent rougeâtres en cas de froid modéré. En cas de froid important, les plantes jaunissent, se desséchent. Elles ont un port flasque voire couché au sol, puis meurent.

Feuilles
   - La courbure des feuilles rougit. C’est un phénomène réversible.
   - La pointe des jeunes feuilles, voire leur totalité, jaunit et se dessèche.
   - Les feuilles sont desséchées molles, pendantes.

Pour confirmer le diagnostic
Il faut prélever 20 plantes avec leurs racines et de la terre puis les placer dans un récipient, à une température de 15 - 20°C. Après 5 jours, seules les plantes non complètement gelées repartent en émettant de nouvelles feuilles.

Attention cependant, ces conditions artificiellles ne permettent pas de présager de manière certaine, de la reprise de végétation de la culture en plein champ.

Situations à risque

• Gel à la levée

La sensibilité maximale de la plante au gel intervient à la levée. Des températures minimales de -8°C environ sont suffisantes pour provoquer des disparitions de plantes (soit -5°C sous abri).
• C’est durant le tallage que le blé est le plus résistant au froid : il peut résister à des températures de -15°C à -20°C. Cette sensibilité est variable selon l'espèce : orge de printemps > Blé dur > Orge d'hiver > Blé tendre > Triticale > seigle.

Certaines conditions favorisent le risque de gel :
• Une période de froid survenant brutalement. Les dégâts sont liés aux modalités d’apparition du froid. L’écart de température lors de l’apparition du froid règle l’intensité des dégâts. Ainsi, une gelée brutale précédée de températures douces a une forte incidence. Une couche de neige de 5 à 10 cm constitue un isolant thermique efficace.
• La présence d’eau.
Des tissus fortement imbibés d’eau (pluies abondantes, sol ennoyé…) sont plus sensibles à l’action du froid.
• Les variétés à faible besoin de vernalisation.
Au fur et à mesure que la plante émet des feuilles, elle résiste de plus en plus au froid, si elle est capable de s’endurcir.
L’endurcissement correspond à un phénomène adaptatif au froid qui s’acquiert si la plante a séjourné progressivement à des températures proches de 0°C. Cette acquisition ne s’opère que si la plante est en cours de vernalisation. Les variétés qui requièrent un nombre important de jours vernalisants (variétés type hiver) ont donc plus d’opportunité pour s’endurcir.
• Les semis profonds.
Dans le cas de semis profonds (supérieurs à 4-5 cm), le rhizome ou entre-noeud souterrain reliant le grain au futur plateau de tallage peut être rompu mécaniquement dans certains types de sol qui se soulèvent comme les argilo calcaires, caillouteux, ou les sols de craie.

Nuisibilité

Le seuil de rentabilité économique ( coûts déja engagés / coût implantation nouvelles cultures) conduit à envisager les seuils suivants :

- En sols profonds et à bonne réserve en eau, le seuil de retournement de la parcelle est de 50 plantes saines par m².

- Dans des situations moins favorables au tallage (semis tardifs, sols à faible réserve en eau…) : 80 plantes saines par m².

La répartition des plantes doit être homogène sur la parcelle.

Solutions préventives et curatives

• Semer précocement permet d’atteindre le stade 3 feuilles avant les premiers gels à -5°C (seuil surtout valable pour les orges d'hiver plus sensibles).
• Le choix de variétés peu sensibles au froid et de type hiver est un moyen de prévenir les risques.

Consultez la documentation ARVALIS. Il existe également une note de tolérance au froid établie par le GEVES. Cette note définit le seuil en dessous duquel les dégâts peuvent se présenter en moyenne au champ sur des plantes endurcies, de 1 (-12°C), à 9 (-28°C).

Source des données : ARVALIS - Institut du végétal

Accueil | Poser une question | CGU