logo
Crales paille

Jaunisse Nanisante de l'Orge (JNO)

Nuisibilité  

Fréquence 

Les pucerons (essentiellement Rhopalosiphum padi) présents à l’automne peuvent transmettre un virus (BYDV) responsable de la jaunisse nanisante de l’orge. C’est de la levée au stade 3 feuilles que la contamination est la plus préjudiciable. L’orge et l’avoine sont les cultures les plus sensibles, mais le blé est lui-même plus sensible que le triticale et le seigle. Cette maladie peut être observée sur l’ensemble du territoire avec de fortes variations annuelles.

Parcelle atteinte
Titre : Parcelle atteinte
Description : Répartition en taches dispersées (de quelques plantes à taches de 0.5 m), due aux pucerons ailés (typique d'un insecte volant).

Grandes taches au niveau de la parcelle
Titre : Grandes taches au niveau de la parcelle
Description : Les taches peuvent s'agrandir à presque toute la parcelle lui donnant un aspect moutonnant (long séjour des pucerons produisant des formes sans ailes qui piquent les plantes voisines).

Foyers de jaunisse sur blé
Titre : Foyers de jaunisse sur blé
Description : Foyers de jaunisse répartis sur l'ensemble de la parcelle visibles courant montaison.

Foyer de jaunisse sur blé
Titre : Foyer de jaunisse sur blé
Description : Foyer de plantes touchées. La croissance des plantes est fortement réduite.

Petit foyer de jaunisse sur blé
Titre : Petit foyer de jaunisse sur blé
Description : De petits foyers isolés sont parfois visibles courant montaison sur blé.

Jaunissement de la pointe des jeunes feuilles sur blé
Titre : Jaunissement de la pointe des jeunes feuilles sur blé
Description : Jaunissement de la pointe des jeunes feuilles sur blé.

Plante chétive
Titre : Plante chétive
Description : On peut observer une plus faible croissance et un mauvais tallage des plantes atteintes

Feuilles rougies
Titre : Feuilles rougies
Description : Jaunissement des feuilles jeunes à partir du sommet, souvent avec rougissement de la pointe (2 à 5 cm)

Feuilles rougies
Titre : Feuilles rougies
Description : jaunissement des feuilles jeunes à partir du sommet, souvent avec rougissement de la pointe (2 à 5 cm).

Jaunissement des feuilles
Titre : Jaunissement des feuilles
Description : Jaunissement des feuilles jeunes à partir du sommet.

Comparaison de feuilles
Titre : Comparaison de feuilles
Description : Jaunissement et/ou rougissement des feuilles par les pointes.

Symptômes

Parcelle


- Petits foyers de plantes atteintes.
- Plus tardifs et moins marqués sur blé que sur orge.
- Aspect moutonné de la culture, surtout pour l’orge.

 

Plante


- Pas de nanisme, mais hauteur de plante et croissance réduites.
- Jaunissement (et/ou rougissement) de la pointe des jeunes feuilles visibles courant montaison. 



Confirmation du diagnostic

Une analyse virologique peut confirmer le diagnostic. L’analyse peut être réalisée jusqu’à des stades tardifs. Les tests ELISA sont performants sur plante pour réaliser un diagnostic (confirmation ou pas de la présence de JNO). Ils peuvent être réalisés par de nombreux laboratoires (Galys, Aurea, GEVES …). Se renseigner sur les prélèvements demandés car ils sont différents entre labos. Avoir toujours en tête que les virus sont localisés dans le phloème : il faut donc des feuilles vertes.

 

Ne pas confondre

JNO  Jaunissement/rougissement des dernières feuilles
Maladie des pieds chétifs Plantes chétives, peuvent disparaître. Apparition précoce (février) 

Situations à risque

  •  Semis précoces : plus le semis est précoce, plus la culture est exposée aux insectes, et donc aux viroses.
  • Automnes doux et prolongés. L’activité des pucerons (vols de dissémination, taux de reproduction et vitesse de développement des colonies) et la persistance de leur présence dans les parcelles est fortement dépendante des températures.
  • Repousses de céréales sur la parcelle ou dans l’environnement proches : la contamination des jeunes semis s’effectue par l’intermédiaire de pucerons qui ont acquis le virus sur différentes plantes réservoirs (repousses, graminées sauvages…)
  • Présence de friches, haies, bois à proximité, ou cultures avec présence de pucerons (maïs…)

Méthodes de lutte

On ne connaît aucun moyen de lutte contre le virus lui-même, mais on peut lutter contre le puceron vecteur du virus.

 

Lutte agronomique

• Eviter les semis précoces (+++).
• Détruire les repousses de céréales (+).

 

Lutte phytosanitaire


Il n'existe pas de traitement insecticide de semences

Traitement en végétation
• Dès la levée, par beau temps parcourir la parcelle. Les pucerons sont le plus visibles sur les feuilles vers midi.

La persistance d’action de la plupart des insecticides autorisés (pyréthrinoïdes) est de l’ordre de 3 semaines maximum. Ils agissent par contact et ne protègent pas les nouvelles feuilles formées.

Consultez la documentation ARVALIS et le dépliant protection des semences pour connaître les efficacités des produits.

Seuil d’intervention
10 % de plantes portant au moins un puceron, ou présence de pucerons plus de 10 jours dans la parcelle.

Source des données : ARVALIS - Institut du végétal

Accueil | Poser une question | CGU