Maladie des pieds chétifs

Le virus (WDV-Wheat Dwarf Virus) responsable de la maladie des pieds chétifs est transmis par des cicadelles (Psammotettix alienus) présentes à l’automne, dès la levée de la céréale. Le blé tendre de la région Centre est traditionnellement le plus concerné par cette maladie virale, mais elle affecte également les cultures de l’Est et du Nord, ou bien encore d’autres régions selon les années.

Grands foyers
Titre : Grands foyers
Description : Ils s'observent souvent en bord de parcelle car les graminées et les repousses servent de refuges aux insectes.

Foyers selon les lignes de semis
Titre : Foyers selon les lignes de semis
Description : Disparition de quelques pieds groupés en cours de tallage ou début montaison.

Répartition aléatoire
Titre : Répartition aléatoire
Description : Plantes chétives avec répartition aléatoire sur blé.

Plantes atteintes
Titre : Plantes atteintes
Description : Les plantes atteintes isolées ou par petits foyers sont groupées sur la ligne de semis par groupe de 4 à 10 plantes.

Plantes trapues
Titre : Plantes trapues
Description : Plantes chétives (qui ne montent pas), donnent un aspect moutonné à la parcelle (début montaison) comme la jaunisse nanisante de l'orge. Feuilles « courtes », plantes trapues.

Disparition de plante
Titre : Disparition de plante
Description : Disparition possible de certains pieds en cours de tallage ou début montaison.

Plantes atteintes
Titre : Plantes atteintes
Description : Les plantes atteintes isolées ou par petits foyers sont groupées sur la ligne de semis par groupe de 4 à 10 plantes.

Croissance altérée
Titre : Croissance altérée
Description : Les 2 plantes couchées (centre et droite de la photo) présentent une forte réduction de leur croissance.

Jaunissement et rougissement des feuilles
Titre : Jaunissement et rougissement des feuilles
Description : Jaunissement et rougissement de plusieurs étages foliaires sur blé.

Dessèchement des plantes
Titre : Dessèchement des plantes
Description : Les plantes de blé touchées se dessèchent et peuvent disparaître.

Comparaison sur orge
Titre : Comparaison sur orge
Description : Les plantes touchées à droite sont chétives.

Symptômes

Ils s’observent généralement à partir de mi-tallage (février), mais ils sont encore visibles à l’épiaison.

Parcelle
- Petits foyers de plantes atteintes groupées sur les lignes de semis ou plantes isolées.
- Les bords de parcelles et de chemin sont plus vulnérables, car les graminées et les repousses servent de refuges aux insectes.
- Les zones les plus ensoleillées ou protégées du vent sont plus attaquées, car favorables à l’activité des cicadelles.

Plante
- Plantes chétives qui peuvent disparaître avec tendance à l’aggravation dans le temps.
- Tallage parfois excessif suite au redémarrage possible de petites talles à la base de la plante.


Feuille
- Jaunissement et/ou rougissement à la pointe des feuilles.
- Stries jaunes nuancées de rouge le long des nervures.

En cas d’attaques tardives
Ces attaques se situent en bordure des parcelles ou de chemins. Les attaques sont peu préjudiciables car les cicadelles ne peuvent pas voler dans la végétation.
- Stries jaunes nuancées de rouge (sur certaines variétés) le long des nervures.
- Pas de nanisme, mais les épis seront peu fertiles.

Attention, les cultures peuvent être atteintes à la fois par la JNO transmise par les pucerons et la maladie des pieds chétifs transmise par les cicadelles.

Confirmation du diagnostic
Une analyse virologique peut confirmer le diagnostic. L’analyse peut être réalisée jusqu’à des stades tardifs. Prélever des feuilles atteintes (non desséchées).

Ne pas confondre

Pieds chétifs Plantes chétives, peuvent disparaître. Apparition précoces (février)
JNO Jaunissement/ rougissement des dernières feuilles.

Une analyse virologique permet de faire la distinction entre les 2 viroses.

Situations à risque

• Semis précoces.
• Présence de repousses dans les parcelles voisines, de graminées sauvages.
• Automne doux et sec : activité par temps ensoleillé (T°>15°C).
• Parcelles bien exposées ou dans des zones bien abritées, bordées de haies, bois.
• Au moment du retournement des repousses d’une parcelle voisine, les cicadelles peuvent coloniser des parcelles en cours de levée et provoquer de fortes attaques.

Nuisibilité

En cas d’attaques précoces, les dégâts peuvent être importants.
En dessous de 15 plantes/m2 atteintes, les dégâts sont limités. Le blé tendre et le blé dur sont plus sensibles que l’orge et le triticale.
Aucune échelle de sensibilité variétale n’a été établie.

Méthodes de lutte

Il n’existe pas de moyen de lutte contre le virus, mais la stratégie consiste à lutter contre la cicadelle vectrice du virus.

Lutte agronomique
• Détruire les repousses de céréales à proximité de la parcelle avant le semis, qui servent de refuge pour la cicadelle.
• Eviter les semis précoces.

Lutte phytosanitaire
La lutte par le traitement insecticide des semences est la plus efficace, car la cicadelle se déplace beaucoup et il est plus difficile de lutter par contact avec un traitement en végétation. Les spécialités à base d’imidaclopride (Gaucho 350 / Ferial), présentent une bonne efficacité. La protection par le traitement de semences peut s’étendre jusqu’au stade 3 feuilles environ vis-à-vis des cicadelles, plus rarement au-delà. Ce qui n’exclut donc pas, sur des parcelles à fort potentiel, une surveillance par rapport à d’éventuelles colonisations tardives et l’application d’un traitement relais en végétation.

Le traitement de semences peut être complété par un traitement en végétation en cas de forte présence de cicadelles qui perdure dans le temps.

Seuil d’intervention
Le traitement en végétation est à raisonner en fonction des observations régionales. Le seuil d’intervention est fixé à partir de 30 captures hebdomadaires sur un piège englué jaune (A4 ; 21x29.7 cm).

En cas d’attaque précoce le traitement peut être nécessaire dès le stade une feuille de la céréale. Il pourra, certaines années, être renouvelé en cas de présence prolongée des insectes.

Consulter le Dépliant Protection des cultures - insecticides et traitements de semences ARVALIS pour connaître l’efficacité des produits.

Nuisibilité  

Fréquence 
Source des données : ARVALIS - Institut du végétal
Envoyer la fiche à un amiImprimer ou enregistrer un PDFAjouter la fiche à vos favorisFlash-code:Qr-code de la fiche accident Maladie des pieds chétifs

Poser une question | CGU