logo
Maïs

Charbon commun

Ustilago maydis

Nuisibilité  

Fréquence 

Le charbon commun est une des maladies les plus banales du maïs. Il s’installe à la moindre blessure et se développent sur les organes en croissance. Cette maladie n’est dommageable que dans de rares cas.

Charbon commun
Titre : Charbon commun
Description : Développement d'une tumeur d'Ustilago maydis, consécutive à une attaque d'oscinie. Les spores sont toujours enveloppés d'une membrane blanche.

Charbon commun
Titre : Charbon commun
Description : Le charbon commun est fréquent sur les inflorescences, ici sur épi. Il se caractérise par le développement de tumeurs charbonneuses, recouverts d'une enveloppe blanche.

Charbon commun
Titre : Charbon commun
Description : Sur feuilles, Ustilago maydis s'est multiplié à partir de spores contaminant une blessure sur les feuilles consécutive à un passage d'outil.

Charbon commun
Titre : Charbon commun
Description : La présence de tumeurs d'Ustilago maydis sur les bourgeons axillaires est souvent la conséquence d'un stress hydrique.

Charbon commun
Titre : Charbon commun
Description : A la suite d'un orage de grêle, des tumeurs d'Ustilago maydis se sont développées sur l'épi.

Symptômes

Ils sont caractérisés par le développement de tumeurs charbonneuses recouvertes d’une enveloppe blanche sur :

  • Les organes jeunes en croissance,
  • Les apex dont les cellules sont en phase de multiplication.
  • Les inflorescences mâles et femelles qui sont fréquemment atteintes.
  • Les feuilles, les tiges au niveau des bourgeons axillaires
  • Les épis.

Sur les épis, des excroissances remplacent certains grains, donnant à l'ensemble une allure de grappe. A maturité, elles libèrent une poussière noire, les spores.

Causes

Les spores d’Ustilago maydis, très nombreuses et volatiles grâce à leur faible taille, sont très présentes dans l’environnement de la culture. De plus, ce champignon est capable de se maintenir dans le sol ou sur les débris de culture durant plusieurs années. Deux moyens d’infections sont notés : soit sur des tissus jeunes, soit via les soies.

La contamination du maïs se fait souvent à partir de portes d’entrée créées par des blessures dues :

  • à des attaques parasitaires, l’oscinie en particulier,
  • à la grêle;
  • à des passages d'outils,
  • à des stress hydriques : les bourgeons axillaires des étages foliaires situés sous l’épi principal sont affectés par des tumeurs d’Ustilago maydis,
  • à des phytotoxicités de produits phytosanitaires, associant dérivés auxiniques, sulfonylurée et insecticide ou aphicide. Ces associations peuvent détruire les ébauches d’épi primaire, voire secondaire et entraîner à leur place un développement de tumeurs de charbon commun.

Ne pas confondre

Aucune confusion n'est possible au début du développement d'Ustilago maydis. Par contre, à maturité, lorsque les enveloppes blanches ont disparu, il peut y avoir doute et confusion avec le charbon nu Sphacelotheca reiliana. L'observation attentive met tout de même en évidence les restes nécrosés des enveloppes.

Charbon des inflorescences

Localisé uniquement sur les organes floraux

Situations à risque

Les situations à risque d'Ustilago maydis sont celles susceptibles de développer des blessures sur les organes jeunes de la plante (voir paragraphe "Causes").

Evolution, incidence sur la production

La production en grains des épis touchés par Ustilago maydis est toujours faible.
La consommation de maïs ensilé atteint par le charbon commun ne pose pas de problèmes de toxicité aux ruminants mais l’inappétence sera d’autant plus élevée que la présence de tumeurs est importante.

Méthodes de lutte

Solutions préventives

Certaines variétés apparaissent plus sensibles. La sensibilité au charbon commun fait partie des observations conduisant à l’inscription des variétés. Les informations disponibles sur les variétés de maïs sont diffusées chaque année par ARVALIS.

La maîtrise de l’oscinie va limiter le développement des tumeurs consécutives aux attaques parasitaires.

Consultez le dépliant Lutte contre les adventices, les ravageurs et maladies publié chaque année par ARVALIS.

Solutions curatives

Aucune.

Source des données : ARVALIS - Institut du végétal

Accueil | Poser une question | CGU