logo

Tordeuse du pois

Cydia nigricana

Ce lépidoptère (Cydia nigricana) provoque une faible perte de rendement du pois (quelques quintaux par hectare) mais sa larve affecte l’aspect des grains en les grignotant.

Tordeuse du pois adulte
Titre : Tordeuse du pois adulte
Description : Papillon brun de 15 mm d'envergure

Larve de tordeuse du pois
Titre : Larve de tordeuse du pois
Description : Larve de tordeuse du pois

Piège sexuel pour capturer la tordeuse du pois
Titre : Piège sexuel pour capturer la tordeuse du pois
Description : Piège sexuel pour capturer la tordeuse du pois

Capsule de phéromone pour le piégeage des tordeuses du pois
Titre : Capsule de phéromone pour le piégeage des tordeuses du pois
Description : Capsule de phéromone pour le piégeage des tordeuses du pois

Grains de pois
Titre : Grains de pois
Description : A gauche, grains de pois bruchés (présence d'un trou circulaire) et à droite, grains attaqués par des tordeuses (grains grignotés)

Description

Le papillon mesure environ 15 mm d’envergure. Les ailes antérieures, de couleur brun olive plus ou moins foncé avec des reflets jaunes ocre, présentent sur leur bord des taches blanches et jaunes en forme de virgule.
La chenille blanc jaunâtre mesure à complet développement 13 à 18 mm de long. Sa tête est brun clair.

Biologie

Cet insecte présente une seule génération par an. Il hiverne à l’état larvaire dans le sol des parcelles ayant porté une culture de pois, à faible profondeur, à l’intérieur d’un cocon aggloméré de particules de terre. Il le quitte début mai, avant la nymphose, pour se chrysalider dans un cocon léger sous la surface du sol.
L’éclosion et le vol des papillons vers les nouvelles cultures de pois débutent à la fin du mois de mai, coïncidant avec le début de la floraison du pois, et se poursuivent jusqu’à la fin du mois de juillet. La ponte survient 2 à 3 jours plus tard. Les œufs sont déposés pendant 3 semaines environ, isolément, ou par petits groupes, de préférence sur les stipules. Après une incubation d’une à deux semaines environ, la chenille passe par un court stade baladeur (probablement un jour) avant de pénétrer dans une gousse. Elle quitte la gousse pour gagner le sol après s’être nourrie de graines pendant 3 semaines environ. Elle y tisse un cocon dans lequel elle hivernera.

Certaines conditions atmosphériques, en particulier le vent et le froid, entravent l’activité des adultes. Ainsi, lorsque les températures maximales sont inférieures à 18°C, le vol des papillons est limité.

Observation

Dès le stade Début Floraison.
Les vols de tordeuses peuvent être surveillés dans une parcelle grâce à l’utilisation d’un piège sexuel mis en place à ce stade.

Régions concernées

Symptômes et dégâts

Une chenille dévore en moyenne deux grains par gousse, mais surtout à des niveaux hauts de fructification.
Ce sont donc les chenilles issues des vols tardifs qui sont préjudiciables et qui doivent être détruites avant leur pénétration dans les gousses.

La tordeuse affecte la qualité des graines. Elle porte préjudice :

  • à la production des semences par la baisse du pouvoir germinatif;
  • aux pois de conserverie et aux pois jaunes à destination de l’alimentation humaine par le refus des lots dû à la présence de graines rongées et de chenilles.

D’après la FNAMS, un lot avec 100% de grains attaqués a une faculté germinative de 50% environ et son PMG est réduit de 20%. Dans les faits, les lots ne sont jamais attaqués à 100%, et la perte de PMG (et donc de rendement) est très rarement supérieur à 10%.

Ne pas confondre

Accidents Symptômes
Bruches  Présence de trous bien ronds dans les grains
Todeuses Grains en partie grignotés

Situations à risque

  • Mois de juin chaud (dégâts plus importants) ;
  • Variétés tardives (les plus attaquées) ;
  • Vols tardifs.

Méthodes de lutte

Lutte pjytosanitaire

Pour connaître les produits homologués et leur efficacité, se référer au dépliant " Protection des cultures et des grains - Protéagineux " dont la mise à jour est annuelle.

Afin de cibler la lutte à la parcelle, l’utilisation d’un piège sexuel pour mieux cibler le traitement s’avère judicieuse.
Le déclenchement de la lutte se fait sur la base du comptage des captures de papillons à l’aide d’un piège sexuel.
Le principe du piégeage consiste à attirer les papillons mâles par un analogue de synthèse de la phéromone sexuelle émise par la femelle, située dans une capsule disposée sur une plaque engluée. Ce piège doit être placé dans la parcelle à hauteur de végétation à début floraison (= 50% des plantes en fleurs) ; les papillons présents avant ce stade ne sont pas pris en compte car les chenilles écloses précocement ne trouvent pas de gousses pour continuer leur cycle.

Lorsque le nombre de captures cumulées atteint un seuil, le traitement doit être réalisé. Il existe actuellement deux seuils :

  • Pour l’alimentation humaine et la production de semences : 100 captures cumulées et apparition des premières gousses plates sur les pois.
    En cas de persistance des vols, renouveler le traitement tous les 8-10 jours jusqu’à 4 étages de gousses au Stade Limite d’Avortement (environ 8-10 jours après la fin de la floraison).
  • Pour l’alimentation animale : 400 captures cumulées et apparition des premières gousses plates. Le traitement est à renouveler si le seuil des 400 captures cumulées est à nouveau atteint.

En absence de piège dans la parcelle, suivre les Bulletins de Santé du Végétal (BSV). 

Remarque :

- des papillons peuvent s’observer après le traitement car les produits ne visent que les chenilles avant leur pénétration dans les gousses;

- un traitement insecticide réalisé à Début Floraison contre les pucerons est trop précoce pour être efficace contre les chenilles de tordeuses car il n’y a pas de gousse.

Source des données : ARVALIS - Institut du végétal

Accueil | Poser une question | CGU